Flore, végétation et faune islandaises

La végétation couvre modestement 41,2 % de la superficie totale. 26,2 % du pays sont recouverts de bruyères, de paysages herbés et cultivés. Il est rappelé que les glaciers représentent 10,8 % de la superficie, les lacs et rivières 2,3 %, les zones aquatiques ou marécageuses (wetland) 8,4 %. Les mousses en recouvrent 10 % et les petites forêts de bouleaux recouvrent seulement 1,1 % du pays.


La flore islandaise comprend environ 440 espèces de plantes vasculaires, sans parler des 116 espèces du genre taraxacum et des 180 espèces d'hieracium. De ces 440 espèces 97 % environ vivent aussi en Norvège, tands que seulement environ 66 % au Groenland et environ 85 % dans les îles britanniques. Par conséquent, le caractère de flore islandaise est typique du nord de l'Europe. Le groupe de plantes poussant à l'ouest du pays ne comprend que 8 espèces. L'élément oriental, c'est-à-dire le groupe européen et asiatique est à peu près 9 fois plus grand que l'occidental, le plus important étant celui du cercle polaire arctique-boréal. Un tiers des 440 variétés vasculaires peuvent être considérées comme alpino-arctiques et les autres comme boréales. Leur faible nombre en Islande n'est dû que partiellement au climat. La flore qui doit son caractère surtout à la glaciation pléistocène et aux possibilités restreintes d'immigration, en raison de l'isolement géographqiue du pays, ne reflète donc pas de façon exacte le climat des temps récents en Islande. Environ la moitié de ces 440 espèces sont des survivantes de l'époque glaciaire. Les graminacées et laîches sont les plus communes, mais on y rencontre aussi de beaux spécimens de caryophyllacées, saxifragacées, rosacées et pâquerettes. Des plantes introuvables sur le continent présentent un intérêt particulier : l'épilobe arctique (chamaenerion latifoleum) avec ses belles fleurs d'un pourpre rare qui, partout dans le pays, pousse en grande quantité sur les rives rocailleuses dans les gorges des torrents ou dans les lits caillouteux des rivières taries ; le saule latifolié (salix callicarpaea), une espèce très variée que l'on trouve partout dans le pays, tant dans les terres basses que sur les plateaux du centre ; l'orchidée verte du nord (habenaria hyperborea), dont les fleurs ont un parfum délicieux et qui pousse sur les versants herbeux des basses terres ; et le carex de Lyngbye, une laîche haute qui pousse souvent en colonies très denses formant une zone de végétation aux bords des petits lacs. Parmi d'autres espèces intéressantes on peut citer la gentiane des marais (lomatogonium rotatum), commune dans le nord du pays. Un grand nombre des plantes vasculaires en Islande vivent à peu près partout, cependant un grand nombre d'espèces ont une distribution plus restreinte et ne se trouvent que sur une aire plus ou moins limitées, pouvant même être considérées comme caractéristiques pour celle-ci. Mais les différences de flore entre les diverses parties du pays sont moins prononcées qu'on pourrait le croire, compte tenu de l'étendue du pays. Dans le nord de l'Islande on trouve des espèces arctiques qu'on ne trouve nulle part ailleurs en Islande, telles que Draba alpin, Saxifraga folilosa, Phyllodoce coerulea, Primula Stricta et la campanule arctique.


La flore bryophile comprend environ 500 espèces au caractère étonnamment tempéré, au moins dans certaines régions précises. Près du lac Kleifarvatn à Krisuvik, dans le sud-ouest, se trouve le bryoxiphium norvegicum (inconnu en Norvège d'ailleurs). On le trouve également dans le nord-est du Groenland, dans certaines régions d'Amérique du Nord, au Mexique et en Asie.


Il y a environ 450 espèces de lichens en Islande, de caractère scandinave en général. Le neuropogon sulfureux, décrit pour la première en Islande et que l'on trouve au-dessus de 600m, est intéressant du point phytogéographique. C'est un lichen frutescent facile à reconnaître. Il est absolument monotype dans l'hémisphère boréale et pousse dans les îles de l'Océan arctique, sur le continent antarctique et dans les hautes Andes.


Vers 875-930 l'Islande était "boisée entre la côte et les montagnes". A cause des moutons et d'une coupe sans ménagements, la plupart des bouleaux ont peu à peu été détruits, et il ne subsiste que broussailles. Les plus grands bois se trouvent à Hallormsstadur à l'est et à Vaglir au nord. Les seuls arbres de quelqu'importance sont les bouleaux Betula tortuosa ne dépassant pas 10m. Ici et là on trouve le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) et le saule à feuilles d'if (Salix phyliciflia). A certains endroits, la limite d'altitude de la végétation ligneuse atteint 350 à 600m, mais se situe en moyenne entre 300 et 400. Dans les basses terres, la végétation est surtout caractérisée par des graminacées et des arbrisseaux nains. Parmi ceux-ci on trouve quelques fois des plantes herbacées avec de belles fleurs, les plus communes étant l'herbe à la vierge (Galium rivale), la quintefeuille alpine (Potentilla crantzii), le géranium des bois (Geranium sylvaticum), la benoîte des ruisseaux (Geum rivale), l'angélique sauvage (Angelica sulvaticum) qui entre dans la composition de l'eau de vie brennivin ("la mort noire"), quelques espèces d'alchémille (Alchemilla vulgaris), de pissenlit (Taraxacum) et de l'épervière (Hieracium). Entre ces terrains secs l'on trouve souvent des marais et des landes couverts de carex, de roseaux et, très souvent, d'un tapis de linaigrettes. A certains endroits des plateaux du centre on trouve des marais à caractère de toundra. Dans les basses terres il y a aussi de grandes étendues de sables presque sans végétation.


Des crêtes rocailleuses qui se dressent au-dessus des étendues de prairies de landes ou de marécages, et où les plantes disséminées entre les pierres sont très fréquentes. Un grand nombre d'espèces portant de jolies fleurs comme la dryade (Dryas octopetala), le thym sauvage (Thymus serpyllum), le silène acaule (Silene acaulis), l'oeillet de mer (Armeria maritima) et le céraiste alpin (Cerastium alpinum) sont courantes ici. Les plateaux centraux et les montagnes sont presque sans végétation au-dessus de 700 m. On n'y trouve que quelques spécimens dispersés d'espèces robustes alpino-arctiques. Les champs de lave récents sont également à peu près dépourvus de végétation. Sur les champs de lave plus anciens on trouve une végétation caractéristique, c'est-à-dire un tapis sans fin de mousses que l'on rencontre également dans les montagnes et sur les plateaux du centre. Ce tapis se compose de mousses Rhacomitrium lanuginosum et Rhododendron canescens, et il est presque dépourvu de plantes vasculaires. Avec le temps le tapis de mousse est remplacé peu à peu par des arbrisseaux nains et, plus tard, par des bouleaux. Cette végétation des laves a connu un développement très joli dans les régions de Budahraun et de Myvatn. Dans les champs de lave il y a toujours des ravins et des dépressions où s'abrite une végétation riche en fougères, plantes herbacées et graminacées. Dans le Budahraun plus qu'ailleurs, la végétation de fougères dans les ravins est belle et luxuriante. Dans la boue chaude autour des geysers la végétation trouve des conditions excellentes et quelques espèces caractéristiques se trouvent exclusivement en de tels endroits en Islande. Ces espèces sont l'ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum), la persicaire (Polygonum persicaria), la véronique beccabonga (Veronica anagalisaquatice), l'immortelle des marais (Graphalium uliginosum) et le jonc articulé (Luncus articulatus).


D'une façon générale, l'Islande avec sa situation atlantique à la limite des zones arctique et boréale, occupe une position phytogéographique très intéressante.


Mais les larges espaces vierges en Islande séduiront également le visiteur...

Lecture : "Iceland : Nature's Meeting Place" de Mark Carwardine (a wildlife guide), Iceland Review, Reykjavik, 1986
A guide to the flowering plants and ferns of Iceland, Hördur Kristinsson & Sigurdur Valur Sigurdsson, Reykjavik, 1998

Extraits d'un texte de Eythor Einarsson et chiffres fournis par G. Gudjonsson et E. Gislason (carte phytéogéographique d'Islande 1:500 000, 1998



Inspired by Iceland