Islande dans l'émission Thalassa 18 avril

C’est ce que l’on appelle le « miracle islandais », ou comment ce pays de 300 000 habitants est parvenu à protéger les immenses bancs de morues, harengs et autres aiglefins, qui croisent dans ses eaux, tout en bâtissant l’une des industries de pêche les plus rentables du monde.

Il y a près de 30 ans, l’Islande a en effet décidé d’autoriser la privatisation de ses quotas, au profit de quelques-uns, avec pour résultat leur concentration entre les mains d’une poignée de richissimes hommes d’affaire.

Gudmundur Kristjansson fait partie de ces heureux élus, qui pensent que confier la gestion de la pêche à quelques armateurs responsables, a permis de sauvegarder le « trésor islandais ». Mais le long des côtes, les villages se vident et leurs habitants pleurent d’avoir perdu leur âme, en même temps que leurs pêcheurs. Parmi eux, Jon Thordarsson qui, faute de poisson, a dû licencier les soixante salariés qui travaillaient dans sa conserverie, alors que les eaux du fjord que domine son village, sont parmi les plus poissonneuses du pays. Après des décennies de tranquille certitude, le pays des glaces est aujourd’hui de plus en plus divisé autour de la question de ses droits de pêche.

Video Gallery

View more videos