Littérature

(Paris, 1987, La Pléïade)

La Littérature Islandaise en abrégé


Les sagas constituent le patrimoine culturel le plus important de l'Islande. Ces récits en prose, réalistes et profanes, écrits - souvent anonymement - dans le vernaculaire des XIIe et XIIIe siècles, sont le seul apport original des pays nordiques à la littérature mondiale. Remarquables par leur style et par leur approche du sujet, elles racontent la vie quoitidienne des Islandais au Xe et XIe siècles. Snorri Sturluson (1179-1241) écrivit l'histoire des rois de Norvège dans son Heimskringla (globe terrestre) et l' Edda en Prose .

Les poèmes héroïques et mythologiques rassemblés sous le nom d' Edda poétique sont les seules sources existantes des croyances, de la cosmogonie et de l'aspect général des peuples germaniques à l'époque pré-chrétienne. Ces eddas sont à ranger parmi les grandes épopées littéraires mondiales.

La littérature en Islande connaît une période de sommeil entre la fin du XIIIe siècle et le XIXe siècle, à l'exception d'une brève période au XVIIe dominé par le psalmiste Hallgrimur Pétursson (1614-1674), grâce à la révolution culturelle que fut la Réforme luthérienne.

Le romantisme, coïncidant avec le mouvement du réveil national, au XIXe siècle, fournit une lignée de poètes qui chantèrent le passé glorieux de la "république", la beauté du paysage, enrichirent la langue et manifestèrent espoir et optimisme, dont le plus aimé d'entre eux fut Jonas Hallgrimsson (1807-1845). La tradition poétique du XIXe siècle n'avait pas encore disparue que Stein Steinarr (1908-1958) et ses disciples introduisirent une vision poétique radicalement différente, plus libre dans la forme, plus subtile et intériorisée. La génération des poètes atomiques accentue encore cette tendance .

Le renouveau du roman vers le milieu du XIXe siècle est dû à Jon Thoroddsen (1819-1868). Le XXe siècle n'est pas en reste avec quantité d'auteurs importants, dont au premier chef le prix Nobel Halldor Laxness (1902-1998) et Thorbergur Thordarson (1889-1974). Au début du XXe siècle beaucoup d'auteurs écrivaient en danois, les plus connus étant l'auteur dramatique Johann Sigurjonsson (1880-1919) et le romancier Gunnar Gunnarsson (1889-1974).

L'après-guerre voit l'envol de nouveaux prosateurs. Ceux-ci sont souvent traduits en français et ont été invités en France, notamment en 1996 au Festival Les Boréales de Normandie consacré cette année-là à l'Islande. A cette occasion Torfi Tulinius (La Matière du Nord : Sagas légendaires et fiction dans la littérature islandais en prose du XIIIe siècle, Presses de l'Université Paris-Sorbonne (Voix Germaniques), 1995) fit une présentation que l'on trouvera ci-dessous :
"Littérature islandaise : hier, aujourd'hui, et demain ?"

Lectures : Les Sagas islandaises traduites, présentées et annotées par Régis Boyer, Gallimard, Bibliothèque de la Pléïade, 1987 & 1991
Littérature d'Islande, dans EUROPE, revue littéraire, mars 1983
Ecrivains du Danemark, des îles Féroë, d'Islande et de Norvège, trad.Régis Boyer, Denoël (Lettres Nouvelles 4/5, déc 1973-jan 1974, p. 161-212
Les Boréales de Normandie, "d'Islande et d'infini" 1996




Inspired by Iceland