Les échecs

Les fouilles archéologiques en Scandinavie révèlent que des jeux de "tables" (tafl) étaient populaires depuis l'antiquité et le Völuspa (le chant de Sybille - probablement le plus beau de toute l'Edda Poétique) décrit les jeux d'échecs des Aesir. Depuis toujours les Islandais pratiquaient à la maison la lecture et ce type de jeu. En 1904 un professeur américain à l'Université de Cornell, William Fiske, ami de l'Islande et amateur d'échecs, avait laissé pour héritage aux habitants de Grimsey des jeux d'échecs en raison de leur passion pour ce jeu. Il en laissa dans son ouvrage Chess in Iceland and in Icelandic Litterature with Historical Notes on other Table-games (Florence 1905) une description pittoresque :

il y avait une fois un garçon de 14 ans de Grimsey qui n'avait jamais quitté sa petite île du cercle polaire. Il ne savait pas grand' chose sauf jouer aux échecs. Un jour son père l'emmène au nord de l'Islande. Quand ils se trouvent à l'évêché de Holar, l'évêque passe par là et tout le monde se découvre - sauf le garçon. Réprimandé on lui explique qu'il s'agit là de l'évêque, le premier pasteur de l'église. "Un évêque ? Il joue sûrement bien aux échecs, parce que chez nous à Grimsey le deuxième meilleur joueur c'est le pasteur !" L'évêque, ayant eu vent de la remarque du garçon, et qui était fier de ses talents de joueur d'échecs, fit venir le garçon et ils engagèrent plusieurs parties que le garçon gagna facilement. Humilié, l'évêque lui demanda si c'était le diable qui lui avait appris à jouer et le garçon lui expliqua que lui et son père jouaient à longueur de journée et que s'il pouvait battre l'évêque qui était bon et pieux, il pouvait battre n'importe qui, même ce diable qui était méchant et qui lui faisait oublier de dire ses prières. L'évêque fut tellement impressionné par cette réplique qu'il fit entrer le garçon au séminaire de Holar où le garçon joueur d'échecs devint un pasteur bon et pieux, sachant braver même le diable.

Depuis lors l'Islande a occupé une position proéminente dans ce noble sport d'intérieur, avec ses 9 grands maîtres internationaux, dont le premier fut Fridrik Olafsson (né en 1935) et qui devint Président de la Fédération Mondiale de 1978 à 1982. En 1972 le championnat mondial organisé à Reykjavik fit grand bruit avec la victoire de Bobby Fischer sur Spassky. Jusque dans les années 1990 les Islandais se sont distingués dans les tournois d'échecs tant au niveau cadet que professionnel. Après le creux des années 1990 le blason des joueurs d'échecs islandais devrait être rapidement redoré par le club Hrokurinn avec son festival de tournois d'échecs de très haut niveau.



Inspired by Iceland