La crise de liquidité mondiale et la tourmente économique en Islande

  • L'Islande, avec son économie moderne globalisée, et en partenaire actif du marché unique de l'UE, a été l'un des premiers pays à avoir succombé à l'actuelle crise financière qui est sans précédent.
  • La crise financière et mondiale a frappé de plein fouet le peuple islandais, de nombreuses personnes ont perdu leurs économies et d'autres risquent de perdre leur logement. Les Islandais seront confrontés à des perspectives sombres, bien qu'ils ne soient pour rien dans la crise bancaire : l'inflation est dans les doubles chiffres, la dette extérieure augmente et le chômage progresse.
  • Les banques islandaises opérant dans le secteur financier international (Landsbanki, Glitnir et Kaupthing) ont rigoureusement respecté les lois bancaires européennes et se sont strictement tenues aux normes régulatoires internationales.
  • Comme beaucoup de banques partout, les banques islandaises ont été touchées par la crise de liquidité mondiale au fur et à mesure que la confiance s'évanouissait, bien qu'elles n'aient guère été exposées aux subprimes américaines.
  • L'importance du secteur bancaire en Islande par rapport à son économie en général, a certainement fragilisé les banques.
  • Le marché des capitaux s'épuisant, Glitnir et Landsbanki, deux des trois importantes banques commerciales dû passer sous le contrôle du Gouvernement le 7 octobre.
  • L'économie islandaise a particulièrement souffert parce que ces deux banques passées sous contrôle gouvernemental, avec une troisième qui allait suivre sous peu, formaient la base du système financier.
  • Le 8 octobre, le Gouvernement britannique a décidé d'appliquer la loi anti-terroriste pour la sécurité de 2001 contre Landsbanki. Ordre a été donné par le Ministère des Finances britannique de geler les avoirs de Landsbanki.
  • C'est la première et unique fois qu'un pays membre de l'OTAN utilise la législation anti-terroriste contre un autre pays allié membre de l'OTAN. Ce fut une décision unilatérale prise sans consulter avec le Gouvernement islandais.
  • Dans d'autres pays, les Gouvernements et Banques centrales ont engagé des pourparlers avec les banques islandaises pour tenter de résoudre les problèmes provoqués par la crise financière internationale d'une manière calme et réfléchie.
  • La décision des autorités britanniques d'appliquer la loi anti-terroriste contre Landsbanki, a sapé la confiance dans la dernière et la plus solide banque, Kaupthing. La saisie le 8 octobre par les autorités britanniques des services financiers de la filiale de Kaupthing, Singer & Friedlander, a aboutie à une situation telle que le Gouvernement a été forcé la prendre à son tour sous son contrôle le 9 octobre.
  • L'application sans précédent de cette loi a fortement perturbé les transactions de devises entre l'Islande et le Royaume-Uni. Les exportateurs rencontrent de sérieuses difficultés à se faire payer leur marchandise, et les importateurs ne sont pas en mesure de payer les produits. Les Islandais à l'étranger, que ce soit des étudiants ou des familles, se heurtent à des obstacles et retards pour toucher les transferts d'argent de l'Islande. A l'étranger, des Islandais innocents ont été pris à partie et insultés, dans la presse comme dans des lieux publics.
  • Le Gouvernement islandais ne s'est jamais défaussé devant ses créanciers. Il a annoncé qu'il honorerait ses engagements légaux.
  • L'Islande collabore fructueusement avec d'autres pays pour affronter les problèmes provoqués par la crise bancaire. Les pourparlers avec les autorités des pays nordiques, l'Allemagne, la Belgique et le Luxembourg ont déjà porté leurs fruits. L'Islande est en train de négocier avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas, et est prête à faire de même avec d'autres pays, le cas échéant.
  • Le 24 octobre, le Gouvernement d'Islande et une mission du FMI sont parvenues à un accord de principe sur un programme de stabilisation économique qui pourrait être soutenu par un prêt.
  • Les fondements de l'économie islandaise sont solide est constitueront la base essentielle pour surmonter la situation actuelle et engager les réformes nécessaires.

Traduction de l'anglais d'un communiqué du ministère des affaires étrangères. Publié le 24 octobre 2008.



Video Gallery

View more videos